3.jpg

Les travaux

Le plus gros de ce chantier a été occupé par la cabane de Jean (ossature bois et remplissage ballots de paille), mais le bucheronage (préparation pour planter une haie avec d’autres essences que les pins) et le jardinage n’ont pas été de reste. A ne pas oublier, l’arrivée inattendue d’une mini pelle. Ça se voit quand c’est passé, la fin des douches (sauf la plomberie) et le lancement d’une ouverture en maçonnerie.

La cabane du Jean naf naf

Cet atelier était composé de 3 parties:

  • l’ossature bois,
  • le plancher devant recevoir les ballots de paille,
  • et l’élévation des murs en paille.

24.jpg

L'ossature bois

Elle est composée de 3 portiques, reliés entre eux par les contreventements et les pannes.

Il a d’abord fallu couper les pins dont les dimensions correspondaient à leur emploi future:

  • 6 poteaux de diamètre 30cm (c’est surdimensionné mais faut bien se donner du mal pour les transporter).
  • 3 de 3m40 et 3 de 2m30,
  • 3 arbalétriers de diamètre 20cm. Longueur 4m et des bananes,
  • 8 pannes de diamètre 15cm et de longueur 3m30,
  • les contreventements.

Puis écorcer les troncs, et encore écorcer et encore… avec la plane, l’herminette, à chacun sa technique.

Il faut alors positionner les différents éléments pour tracer les découpes d’assemblage (à mi bois pour la plupart, sauf pour les contreventements où on a tâté du tenon mortaise). Puis découper (tronçonneuse, ciseau à bois, demi bisaiguë), percer(à la main s’il vous plait), traiteret finalement assembler(tige filetée et écrou, et 4 chevilles bois).

Il n’y a plus qu’à lever.

Le plancher et les ballots

Le plancher est réalisé avec des palettes de récupération sur lesquelles on vient clouer des planches, façonnées sur place à la gruminette.

Les palettessont posées de niveau pour définir un plan horizontal. Etantdonné le temps limité, seule les planches de la périphérieont été coupées pour recevoir au plus vite les ballots de paille.

Afin de protéger la paille, une couche de mortier(chaux-terre) est appliquée sur les planches. Elle empêche les remontées d’humidité et l’attaque des parasites.

Les ballots de paille sont ensuite montés comme de grosses briques.

Il faut respecter le croisement des joints verticaux, l’alignement et la verticalité.

Pour les ouvertures, on pose une planche d’appui (ça permet de gérer les raccord entre ballots) et une autre en linteau. Les planches de coté servent surtout à faire un cadre propre (c’est plus facile pour poser une fenêtre par la suite).

Il faut que les planches ressortent du mur pour prévoir l’épaisseur d’enduit et rejeter l’eau.

Le ballot assure le maintien, l’isolation. Une fois enduit, il est imputrescible, il résiste au feu.

La mini pelle

Elle est arrivée par le pont de Chavaleret.

En remontant vers la Mérigue, elle a raclé les zones les plus mal en point du chemin. Le C15 passe, c’est encore un peu dur pour d’autres types de véhicule.

Voilà pour l’échauffement du matin.

L’après midi, une fosse a été creusée (1m3), permettant d’installer le future bac de décantation devant recevoir les eaux de ruissellement, et les amener jusqu’à la piscine (la fameuse bleue avec escalier, balai, pompe filtrante, et filet de volley…).

Pour finir, une petite tranchée qui recevra les tuyaux allant dela source du Louis jusqu’à la cuisine, en passant par la pompe.

7.jpg

Bucheronage et défrichage

Outre les pins, qui ont servi à l’ossature de la cabane de Jean, d’autres ont été abattus afin de nettoyer la zone où une haie coupe vent a depuis été plantée.

La zone en question se situe au nord du terrain, face aux vignes du Louis. C’est une bande d’à peu prêt 50m de long pour 10m de large que vient traverser le chemin d’accès.

La haie

Après une journée de chasse à l’arbuste sauvage, les plantations proprement dites ont été faites (trous, nourrissage de la terre, plantation).

Au final arbousiers, lauriers, eleagnes, myrte, noyer, cerisier… commencent le repeuplement de l’entrée de laMérigue.

Le jardin

Protection, entretien… à genoux ou courbé.

Cueillette de roquette et salades de «mauvaises herbes».

Un nouvel emplacement pour les aromatiques a aussi été commencé. Depuis y sont installés: thym et verveine citronnée… un minimum pour les tisannesd’hiver… qui s’annonce rude.

La maçonnerie

Atelier qui s’est lancé sur le tard.

Les restes de la maçonnerie malade, située à droite de l’arche, avaient été démontés lors du dernier chantier collectif (18 juin 2007).

Les premières pierres ont été reposées. Il s’agit des pierres formant la deuxième ouverture du bureau future.

Le reste suivra.

La cabane de douche

L’ossature avait été coupée sur place, réalisée et assemblée par les étudiants en architecture lors de leur stage d’avril 2007.

Il fallait donc poser l’enveloppe: des planches de douglas se chevauchant.

L’essai de plomberie, pour brancher le capteur solaire et le ballon échangeur, s’est soldé par quelques fuites. Une solution, que nous espérons la plus provisoire possible, a été mise en place.